Photo de moi portant encore mes lunettes avant l'opération de la myopie

HORS SERIE – Mon opération de la myopie (LASIK) : Bilan

En octobre 2019, j’ai décidé de me faire opérer de la myopie. Plus de deux ans après, je vous fais enfin mon retour sur mon opération de la myopie (chirurgie réfractive de la cornée) en technique LASIK.

Warning : je ne suis pas médecin, ni même du milieu médical. Je vous conte ici ce que j’ai vécu et ce que j’ai compris. Il est fort probable que votre expérience soit différente, ou que des erreurs d’incompréhension se soient glissés dans cet article !

Historique

Je porte des lunettes depuis l’âge de 10 ans, après m’être aperçue que je me rapprochais de plus en plus du tableau en classe… Après examens, nous nous sommes rendu compte que je suis myope.

Pour simplifier grossièrement ce qu’est la myopie : c’est une déformation de l’œil qui est « trop gros ». Par conséquent, on voit très bien de près, mais très mal de loin.

Comme je détestais porter des lunettes, j’ai commencé à porter des lentilles souples à l’âge de 16 ans. Tout d’abord bimensuelles, j’ai pu passer aux lentilles mensuelles quelques années plus tard. Heureusement pour moi, je supportais très bien le port des lentilles de contact.

Cela restait tout de même une sacré contrainte ; contrôler la péremption des lentilles, les désinfections, avoir des lunettes sur soi,… Et puis cela ne laisse pas beaucoup de place à l’improvisation ; comme par exemple d’aller dormir chez quelqu’un alors que ce n’était pas prévu.

Bref, c’est une solution qui m’a sauvé des lunettes, mais qui restait assez contraignante. De plus, je savais que nous avons tous ce que j’appelle un « capital cornée ». Grosso modo, on peut ne plus supporter le port de lentilles du jour au lendemain, comme on peut les supporter toute sa vie sans soucis, la durée appartient à chacun…

Dans tous les cas, il était clair pour moi depuis longtemps que je souhaitais me faire opérer. Mais pour cela, mon ophtalmologue me conseillait d’attendre mes 25 ans, et que ma vue soit stable depuis au moins 2-3 ans.

Et puis, c’est arrivé : l’année de mes 25 ans, je ne pouvais plus supporter le port de lentilles. Voyant cela comme un signe, je me précipite chez mon ophtalmologue. Ce dernier m’assure que ma vue n’a pas bougé depuis plusieurs années, et que je peux donc prendre rendez-vous chez le chirurgien.

Le rendez-vous est pris à l’Hôpital des Quinze-Vingt, un établissement spécialisé en ophtalmologie.

Le rendez-vous pré-opératoire

Mon premier rendez-vous était ce qu’on appelle un rendez-vous préopératoire. Ce rendez-vous est essentiel, puisqu’il va conditionner votre aptitude a être opéré, et par quelle(s) technique(s). Il existe en effet différentes techniques d’opération, dont je parlerai succinctement plus bas. M’étant renseigné un peu avant ce rendez-vous, je savais par quelle technique je souhaitais me faire opérer. Malheureusement, ce n’est pas une technique accessible à tout le monde.

Le rendez-vous a commencé par des tests assez basiques, que l’on a l’habitude de faire chez l’ophtalmologue. Ils ont également vérifié mon fond de l’œil. Ensuite, l’on m’a fait passer par plusieurs machines différentes pour un examen approfondi de ma cornée et de sa topographie.

Suite à cette batterie de tests, j’ai eu un deuxième rendez-vous pour lequel je devais préparer mes yeux avec des gouttes qui dilatent la pupille à fond. Cette dilatation permet un examen plus approfondi de la rétine, des vaisseaux et du nerf optique. La dilatation dure à peu près 2 heures et gêne beaucoup la vision de près. Je me souviens d’ailleurs être revenue au bureau avec mes lunettes de soleil.

A la suite de ces examens, j’ai pu rencontré le Docteur RODALLEC. Ce dernier a regardé mes yeux, a parcouru mon dossier et a rendu son verdict : je suis elligible aux 3 techniques. Il a pris le temps de m’expliquer chaque technique, leurs avantages, leurs inconvénients, ainsi que leurs risques.

Les techniques d’opération de la myopie

Le PKR. C’est la technique la plus commune et la plus « ancienne » pour l’opération de la myopie. Les résultats sont plus longs et nécessitent le port de lentilles pansement. La correction se fait en surface, mais les résultats sont plus durables que les autres techniques. Le fait que l’opération se fasse en surface fait que s’il y a une infection, elle sera moins grave et plus simple à traiter que par les autres techniques.

Le Lasik. Une technique plus récente que le PKR pour l’opération de la myopie. Les résultats sont visibles dès la sortie de l’opération. Contrairement au PKR, la correction se fait en profondeur, donc s’il y a une infection, elle peut être plus grave et plus compliquée à soigner. Par contre, elle ne nécessite pas le port de lentilles pansement.

Le Smile. C’est la technique la plus récente. Mon chirurgien m’a clairement indiqué qu’il ne pratiquait pas cette technique, m’expliquant que le risque d’infection grave est trop courant et qu’il n’y a pas forcément assez de recul sur cette opération. C’est évidemment son choix personnel, je connais des personnes qui ont fait le Smile et qui n’ont eu aucun soucis !

De toute manière, j’étais partie dès le début sur une opération Lasik. Sachez cependant qu’elle coûte plus cher que le PKR !

Le rendez-vous est pris pour l’opération : je choisis une opération de la myopie par LASIK.

L’opération

Pour préparer l’opération de la myopie, le chirurgien m’a demandé de ne pas me maquiller pendant quelques jours avant l’opération, d’éviter de me frotter les yeux, et de ne pas porter de lentilles pendant environ une semaine. Il m’a également donné une ordonnance pour des antibiotiques en gouttes, ainsi que des gouttes pour hydrater mes yeux pour pouvoir commencer mon traitement post-opératoire.

Le jour du rendez-vous arrive, et étant une personne très intelligente, j’ai passé plusieurs jours à regarder des vidéos sur le déroulement de l’opération. Spoiler alert : c’est une grave erreur, s’il vous plaît, ne le faite surtout pas. Je me suis retrouvée le jour J dans la salle d’attente morte de trouille avec une sale envie de me barrer 🙂

L’infirmière finit par venir me chercher : elle me fait enfiler une blouse, une charlotte (pas aux fraises 🙂 ), et des surchaussures. Puis, j’ai été emmenée dans la salle d’opération, où le docteur m’attendait. Il m’a énormément rassuré, m’a expliqué que cela ne durerait vraiment pas longtemps. Il m’a ensuite mis des gouttes anesthésiantes dans les yeux afin de me préparer à l’opération.

Mes yeux étant anesthésiés et coincés en position ouverte, on démarre l’opération. Une première machine vient se positionner au dessus de moi. Honnêtement, c’est le moment le plus désagréable de l’opération. Cette étape n’est pas douloureuse, et n’a duré que 15 secondes par œil, mais la sensation n’était vraiment pas agréable. Le chirurgien et l’infirmière m’ont parlé tout du long, ce qui m’a beaucoup détendue !

Une fois cette première étape effectuée, une deuxième machine se positionne au dessus de moi. C’est le laser qui va corriger ma vue. Le chirurgien me demande tout simplement de fixer une petite lumière verte. Ce qui est en fait le laser en plein travail ! N’ayez aucune crainte là-dessus : le laser suit le moindre mouvement de vos yeux, et ce au micron près ; si votre œil bouge trop, il se coupe automatiquement. Il n’aura fallu que 10 secondes de laser pour mon premier œil ; je me souviens avoir fait une remarque sur l’étrange odeur de cochon grillé, à laquelle le chirurgien m’a répondu un truc sur le barbecue, ce qui nous a fait rire tous les trois. Le deuxième œil passera 15 secondes sous le laser.

Au total, l’intervention aura duré 10-15 minutes, avec au total seulement une minute sous laser !

Je me souviens m’être relevée doucement avec l’aide du chirurgien et de l’infirmière. Et avoir été très surprise de déjà voir aussi bien.

Après cela, j’ai pu m’asseoir un peu à part, où l’on m’a offert un jus de fruit et un gâteau. Lorsque je me suis sentie prête, j’ai pu repartir, après que l’on m’ai confié des coques. Je vais devoir les porter les premières nuits pour éviter de me frotter les yeux, ou de me donner un coup.

Le post-opératoire

L’opération de la myopie étant en fin de matinée, nous avons déjeuné avec ma mère et mon copain. A ce moment là, lunettes de soleil sur le nez, je n’avais qu’une sensation de poussière dans l’œil.

Puis est venu le temps de rentrer à la maison. Et là, impossible de garder les yeux ouverts ; j’avais l’impression d’avoir un énorme grain de sable dans les yeux. En rentrant, je me suis endormie pendant quelques heures.

Après avoir dormi, au final, tout l’après-midi, je me réveille pour le dîner. Et quelle surprise : je n’avais plus aucune douleur, et j’ai vécu un moment magique où tout devenait net autour de moi. Pendant quelques secondes, j’ai cru m’être endormie avec mes lentilles ; mon cerveau n’avait pas encore enregistré que les lentilles et les lunettes, c’était terminé !

Ayant été opérée un samedi matin, mon rendez-vous post-opératoire était prévu pour le lundi suivant.

Dès la sortie de l’opération, j’ai suivi un traitement de gouttes d’antibiotiques pendant une semaine, ainsi que le port des coques de protection pendant la nuit. On me conseille de ne pas pratiquer de sport, ni de me maquiller pendant au moins 2 semaines.

Mes yeux étaient assez flippants comme vous pouvez le constater sur les photos, sachez que c’est totalement normal. Personnellement, tout a fini par se résorber totalement au bout de 3-4 semaines.

Lors du rendez-vous post-opératoire, le chirurgien a contrôlé la bonne première cicatrisation de la cornée, et surtout qu’il n’y ai pas d’infection. Comme dans mon cas tout allait bien, il me donne un nouveau rendez-vous d’ici un mois pour contrôler la bonne réussite de l’opération.

Un mois après, nous refaisons un bilan ophtalmologique. Le résultat est sans appel : je suis à 12/10 d’acuité à l’œil gauche, 10/10 à l’œil droit, et 16/10 avec les deux yeux. Mes yeux avaient, par ailleurs, totalement cicatrisé. Le chirurgien m’explique que je n’ai plus besoin de faire un contrôle annuel chez l’ophtalmologue. Mais que je dois continuer à en faire un tous les 3 ans, car malgré l’opération, je garde un œil de myope qui nécessite un contrôle du fond de l’œil.

Le tarif

L’opération de la myopie n’est plus remboursée par la sécurité sociale depuis quelques années. Pour obtenir un maximum de remboursement, il va falloir compter sur votre mutuelle.

L’opération LASIK m’a coûté 2600€, soit 1300€ par œil. A titre indicatif, le PKR m’aurait coûté 2300€, soit 1150€ par œil. Ce prix inclus tous les rendez-vous pré et post-opératoires que j’ai pu avoir.

Au final, après remboursement de ma mutuelle, l’opération m’a coûté environ 370€.

Bilan 2 ans plus tard

Mon chirurgien m’avait conseillé de tout de même faire une première visite 2 ans après l’opération de la myopie, afin de vérifier que ma vue ne nécessite pas de correction supplémentaire.

Le rendez-vous est pris dans son cabinet, où son assistant va me faire quelques examens ophtalmologiques classiques préliminaires. Il m’envoie ensuite dans le cabinet du docteur.

Le bilan : 2 ans après mon opération, j’ai perdu 0,25 à mon œil gauche, ce qui arrive assez souvent après un LASIK. Rien d’inquiétant ou qui nécessite une correction. Par contre, il me demande de revenir dans un an pour voir si j’ai encore perdu en correction. En effet, j’ai le droit à une opération de retouche gratuite dans les 3 ans suivants mon opération. La retouche n’est pas nécessaire à 0,25, mais peut être faite à 0,50 si j’en ressens le besoin.

A part cette toute petite perte, la cicatrisation est toujours bonne, le fond de l’oeil propre, rien à signaler.

En conclusion

Que vous dire de plus, à part que cette opération de la myopie est l’une des meilleures choses que j’ai pu faire ? Et dire que le jour de l’opération, j’étais à deux doigts de partir de la salle…

L’opération LASIK n’a absolument pas été douloureuse. Il n’y a que l’étape de l’EXCIMER qui a été un peu désagréable, mais rien d’insurmontable. Au final, bien qu’impressionnante, c’est une intervention tellement rapide ! Avant même de s’en rendre compte, l’opération est déjà terminée.

Bien que j’ai eu une toute petite baisse de vue depuis l’opération, je ne regrette absolument pas d’avoir fait cette intervention qui a changé ma vie. Si vous hésitez encore, mais que vous êtes éligible à l’opération de la myopie : foncez !

Je ne peux que vous conseiller le Dr RODALLEC, qui en plus d’être un merveilleux chirurgien, est un homme d’une grande douceur. Il prend le temps de tout vous expliquer et de vous rassurer. Il a désormais son cabinet dans le 13e arrondissement de Paris, mais continue d’opérer à l’Hôpital des Quinze Vingt une fois par semaine.

On se retrouve dans un an pour savoir si je dois faire une retouche ou non !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.